Escapade à Porto

En avril dernier, je découvrais le Portugal à travers Lisbonne et j’étais sous le charme le plus complet. Du coup début décembre, en constatant qu’il me restait une semaine de congé à poser (je refuse d’épargner le temps, il est bien trop précieux), j’ai décidé une petite escapade de 4 jours direction Porto. Le fait que cette destination soit couverte par Ryanair a évidemment pesé dans mon choix (Ryan I love you), tout comme l’idée de découvrir son vin muté, vous connaissez mon goût pour la culture.

C’est donc un billet rédigé 2 mois plus tard, à 4 mains, et sans le moindre plan préétabli, comme vous pourrez en juger par vous-même assez rapidement, que je vous propose aujourd’hui. Peu importe, laissez-nous vous guider à travers nos coups de cœur!

Me concernant, j’ai immédiatement retrouvé à Porto ce qui m’avait séduite à Lisbonne : cette belle lumière (oui, même en décembre), les couleurs, les rues charmantes, pentues et biscornues, ses nombreuses églises, ses tramways d’une autre époque, son architecture qui marie à merveille l’ancien et le rénové, ses pasteis de Nata que j’ai boulottés durant ces 4 jours, ses fresques d’azulejos qu’on ne se lasse pas de contempler, ses habitants super accueillants et tous les petits restaurants à la cuisine simple et excellente.

Porto est une ville de petite taille que vous pourrez arpenter à pied sans souci, n’hésitez pas à prendre le temps de vous perdre dans ses petites ruelles. Vous pouvez consacrer 2 jours à la découverte du vieux Porto, surtout si vous choisissez de visiter certains monuments et pénétrer dans les églises que vous croiserez. Perso, je pense les avoir toutes franchies, car je voyageais avec une personne qui s’est découvert un vrai culte sur la durée de notre séjour! C’est pas vrai on n’en a pas fait tant que ça, on n’est jamais rentré dans l’Egreja da misericordia! Et il en manque au moins 2, 3 autres…!

Tous les guides touristiques sauront vous conseiller mieux que moi les lieux incontournables à visiter, c’est pour cela que j’ai choisi de vous présenter mes 3 sites favoris, que je ne peux que vous conseiller de voir, de la façon la plus objective qui soit, si vous envisagez une escapade dans cette ville charmante.

Commencez votre visite par la Torre dos Clérigos! Partez gravir les marches de son exigu escalier en colimaçon et profitez de la vue panoramique qu’elle offre sur la ville et sur ses toits! Et, pour vous récompenser, en sortant, empruntez le Passeio des Clérigos qui vous permettra d’accéder aux toits aménagés sur lesquels vous pourrez déguster (par exemple) un Porto (même un Porto Tonic) avachi sur un Fat Boy au milieu d’oliviers centenaires… cette description vous parait incongrue? Bienvenue à Porto! Et ne manquez pas non plus l’Eglise dos Clérigos, qui propose une collection de crucifix incroyable… Vrai, je confirme, je n’ai jamais vu autant de Jesus mort! Et nous n’aurons jamais autant blasphémé dans une église!

Torre dos Clérigos

Jardin sur les toits

J’ai également envie de vous conseiller le centro Português de fotografia, tant cette visite m’a marquée, que ce soit par son édifice ou pour les expos photos. En effet, cette vaste bâtisse achevée fin 18ème, est une ancienne prison dans laquelle il règne encore une atmosphère lourde qui ne laisse pas insensible. Le lieu parfait pour mettre en exergue certains thèmes de l’expo qui se sont avérés engagés et parfois durs. C’est vrai que le lieu se prête peu aux photos de petites fleurs en macro! Une vision de l’art moderne comme je l’aime. Juste un bémol concernant les salles utilisées pour les vitrines d’expositions d’appareils photo, j’aurais préféré plus de photos et moins d’appareils…

Enfin, je vous encourage grandement à traverser le Pont Dom Luis par le niveau le plus haut (la vue y est plus belle, surtout à la nuit tombée), pour atteindre la Vila Nova de Gaia et faire la visite d’un des nombreux chais qui s’y trouvent (on y vient!). Pensez cependant à réserver votre visite avant de vous y rendre, notamment si vous souhaitez que celle-ci soit en français (petit détail que nous avions omis). A l’issue, les chais proposent tous une dégustation de leur Porto. La différence entre les blancs, les rouges, les jeunes, les tawnies, les vintage, est incroyable. Je pense dorénavant posséder toutes les compétences pour les différencier. Je confirme, mais peut-être les avais tu déjà avant?! En repartant des chais, pensez à vous arrêter devant le surprenant street art « Half rabbit » de Bordalo II (via nova de Gaïa), à ne pas manquer, même de nuit!

Bon en fait ce sera 4 lieux et non 3, car tu n’as pas parlé de la librairie Lello et Irmao. En effet, elle m’a moins marqué. Moi si, j’ai vraiment aimé, mais c’est parce que tu ne connais pas les films Harry Potter! Cette magnifique librairie a été inaugurée en 1906. En y pénétrant, on en oublie presque les livres, et on ne peut que remarquer ce spectaculaire escalier central à double volute! On y reconnait aisément la description des escaliers mobiles de la bibliothèque de Poudlar, notamment quand on sait que J.K. Rowling a vécu à Porto au début des années 90 en tant que prof d’anglais.

Les 2 jours restants, nous en avons profité pour découvrir les alentours de Porto. Un jour fut consacré à tenter d’éliminer les pasteis de Nata engloutis. Pour cela, nous avons loué un vélo le long du Cais da Ribeira et avons longé la rive sud du Douro. On y découvre des plages à perte de vue – ce sont les plages de Madalena, si je peux me permettre la précision! –, ce qui m’a évidemment donné envie d’aller tremper mes pieds dans l’eau glacée (faut me comprendre je vis en Lorraine), et j’ai donc passé la fin des vacances avec le nez qui coule… mais ça en valait la peine! Je vous propose même de vous arrêter déjeuner à Afurada, et savourer un poisson grillé dans l’une des tavernes de ce village de pêcheurs, le temps semble s’y être arrêté, c’est tout simplement magique. Détail pratique : pour une somme modique, un bateau vous chargera avec votre vélo (au niveau du village Afurada), pour traverser l’estuaire du Douro et vous permettre de faire le retour par l’autre rive.

Enfin, le dernier jour, nous avons emprunté le train pour nous rendre à Guimaraes dont le centre historique médiéval est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Par pur hasard, nous sommes arrivés un jour de fête. La tradition veut que toutes les jeunes filles fussent aux balcons dans l’attente que des jeunes hommes, au pied des habitations, leur remettent des pommes à l’aide de grandes tiges. Outre la dangerosité de la tradition (j’ai vu passer un pic sans pomme très près de mon œil), je dirais que pour l’égalité des sexes on repassera. On nous a encore flanqué sur un balcon, en plein mois de décembre, dans l’attente du regard et de la dextérité hasardeuse de l’homme. Haaa… moi ça m’a plu! Mon côté féministe en a pris un coup, mais la touriste que j’étais ce jour-là s’est bien sûr délectée du spectacle et de l’ambiance de cette journée si spéciale. J’ai adoré cette implication et cette ferveur que montraient ces habitants pour une tradition semblant sortie d’un autre temps.

Loin de la tradition, mais si je peux me permettre, ne perdez pas votre temps au musée plataforma das artes e da criatividade qui ne m’a absolument pas emballé.

Guimaraes

Guimaraes

Pour finir, je vous laisse quelques tips auxquels j’ai pensé, et que je partage généreusement :

  • Si vous arrivez par avion, pour pouvez rejoindre le centre-ville grâce au métro qui roule de 6h du matin à 1h du matin. La ligne E vous conduira dans le vieux Porto, c’est la violette.
  • Si vous êtes intéressés par la balade à vélo, pensez à demander le plan des pistes cyclables à l’Office de Tourisme. Les pistes sont nickel.
  • Si vous souhaitez vous rendre à Guimaraes par le train, sachez qu’il y a un départ de la gare de Porto toutes les heures, et que le trajet dure environ 1h10 (le TER s’arrête vraiment dans toutes les petites gares des alentours!) et tu t’es même endormie au retour entre 2 reniflements!
  • J’avais réservé mon logement sur Airbnb, une nouvelle fois je n’ai pas été déçue, le logement de Carla est fidèle à la description et aux photos mises sur le site.
  • Outre le porto, j’ai également pris le temps de déguster tous les pasteis de Nata qui s’offraient à moi. Vous trouverez les meilleurs dans la Fabrica da Nata (s’il y a bien une chose en moi en laquelle vous pouvez avoir confiance, c’est en mon palais).
  • Renseignez-vous sur les horaires dans votre langue, et réservez si vous souhaitez visiter le Palacio da Bolsa, car les visites ne sont pas libres (nous ne le savions pas et avons loupé cette visite).

Pont Dom Luis

Cais da Ribeira

Azuleros

 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *