Escapade à Lisbonne / Jours 1 & 2

Source

Faut que je vous raconte! La semaine dernière j’étais à Lisbonne et c’était ma-gni-fique! S’il vous prenait l’envie d’une escapade de quelques jours, Lisbonne pourrait bien vous ravir. Pour ma part, elle m’a conquise…

C’est bien simple, je ne sais même pas par où commencer. Enfin si! Sa lumière! Alors peut-être que mon avis est biaisé par mon réel, concret et mesurable manque d’ensoleillement lorrain, mais la lumière de la capitale portugaise m’a transportée. J’ai pensé que cette ville devait être un paradis pour tous les photographes (la preuve avec mes œuvres photographiques ci-dessous). Lisbonne correspond exactement à tout ce que j’aime : c’est une ville de taille moyenne, complètement accessible à pied, à l’architecture colorée, soignée, chargée d’histoire, dont le plan de certains quartiers est quasiment improbable. Et pour ne rien gâcher, cette ville est étonnamment propre pour une ville du Sud. Ho, et j’allais oublier : on sent l’air marin (retirer immédiatement le lisseur de votre valise, il ne vous sera d’aucune utilité).

Une escapade à Lisbonne n’est pas très onéreuse. J’ai voyagé avec RYANAIR : 2h40 entre Lisbonne et le Luxembourg (et tout un monde!). Sur place, j’avais choisi un petit appartement typique dans le charmant quartier de l’Alfama, via Airbnb (celui-ci précisément) (Nuno est un hôte extra, super disponible).

Je n’ai pas eu le temps de faire l’entièreté de la trop longue liste de sites à voir que j’avais programmée, mais forte de ma récente expérience, je peux quand même vous proposer quelques axes de visites, et petites adresses qui m’ont vraiment plu. Comme je vous le disais précédemment, Lisbonne est une ville de taille moyenne que je vous propose d’arpenter à pied à condition d’être bien chaussé. Ce détail a toute son importance, car celle que l’on surnomme « la ville aux 7 collines » n’a pas usurpé son nom, et je dois également vous préciser qu’elle est essentiellement pavée et que ceux-ci sont bien lisses et bien glissants (et encore je ne les ai pas connus par temps de pluie).

Je vous propose de commencer par les visites des jours 1 & 2 (je suis d’humeur logique), puis je vous relaterai les 3 & 4 dans un prochain billet (sinon c’est trop long) (et j’ai une valise à défaire et des machines à faire… le retour à la vraie vie quoi).

Jour 1 : la découverte du quartier de l’Alfama

Avant toute chose, afin de vous plonger véritablement dans la culture lisboète, je vous conseille de commencer votre journée avec un petit verre de Ginjinha, une liqueur obtenue par la macération de cerises griottes, servie dans un minuscule verre à peine plus grand qu’un dé à coudre. Ce petit coup de remontant vous sera nécessaire pour arpenter les rues pentues de l’Alfama.

Le quartier de l’Alfama était le quartier où nous logions, et qui s’est avéré être le quartier de Lisbonne que j’ai préféré. C’est en effet le plus ancien et le plus typique de la ville. Il avait tout pour me plaire : truffé de petites ruelles plus biscornues les unes que les autres donnant sur des petites places et terrasses ombragées où le temps semble s’être arrêté, jalonné d’escaliers aux destinations inconnues, l’Alfama est un quartier très tranquille où il fait bon se perdre. Car oui, vous finirez par vous perdre, et inutile d’appeler Maps à la rescousse, car sur ce coup il ne vous sera d’aucune aide. Au gré de vos errances, vous finirez par tomber sur le Panthéon, le Château St George (castelo de sao Jorge) qui offre une vue magnifique sur toute la ville, ainsi que de nombreuses églises : l’Igreja Da Graça, l’Igreja et Mosteiro Sao Vicente De Fora, ou encore L’Igreja de Santo Antonio (dans laquelle vous pourrez, à la condition d’avoir glissé une pièce dans la machine, allumer un faux cierge en plastique. Mais on me la fait pas à moi, je sais que dans ces conditions mon vœu n’a aucune chance de se réaliser).

C’est également dans ce quartier que se situait mon belvédère préféré : le mirador de Santa Luzia, et ce n’était pas uniquement car celui-ci se trouvait juste à côté de ma pâtisserie de Pastéis de nata préférée : Pastelaria Varanda de Alfama. Si vous ne connaissez pas les pastéis de nata, je n’ai qu’une chose à dire : goutez-les, mais soyez avertis que ces pâtisseries sont cruellement addictives. J’irai même jusqu’à vous dire qu’elles valent à elles seules le déplacement…

Enfin, dans ce quartier, je vous invite à aller déjeuner au restaurant Chapito à Mesa. On y mange de façon très correcte, mais surtout on jouit d’un panorama sur toute la ville à vous couper le souffle. Ce restaurant se vante de disposer de la 7ème plus belle terrasse au monde, je vais donc passer le reste de ma vie à partir à la conquête des 6 avant elle… Ce restaurant serait également un des lieux les plus emblématiques pour écouter du fado.

Source

 

Jour 2 : La visite de Belém

Pour vous rendre à Belém, rien de plus simple, il vous suffit de prendre le tram E25 direction Belém, sur la place du commerce (Praça do Comércio). Il vous est possible d’acheter votre ticket directement dans le tram, mais comme il sera bondé de touristes… (j’dis ça, j’dis rien). Vous serez sur place en 20 min, et là vous tomberez directement nez à nez avec le splendide Monastère des Hiéronymites (Jeronimos), puis un peu plus loin, les pieds dans l’eau, la majestueuse Tour de Belém. Deux monuments inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO à ne pas louper, et tous 2 se visitent. A visiter également à Belém, le musée d’Art moderne et contemporain Berardo dont l’entrée est gratuite (et qu’il me restera à faire à ma prochaine venue à Lisbonne).

Le midi nous avons déjeuné au restaurant Os Jeronimos, clairement un restaurant à touristes, mais nous y avons très bien mangé. J’ai découvert l’épée grillée, un poisson à la chair délicate qui se mange avec de l’huile d’olive et de l’ail… un régal. Le dessert se prend, quant à lui, juste à côté, à la pâtisserie Pastéis de Belém qui ferait, soit-disant, les meilleurs pastéis de Lisbonne (je ne partage bien évidemment pas cet avis / voir plus haut).

Pour tenter d’éliminer les pastéis, et prendre une bonne bouffée d’iode, je vous encourage à rentrer à pied en longeant le Taje jusqu’au pont du 25 avril, une belle réplique du pont de San Francisco. A partir de là, bifurquez jusqu’au LX Factory, histoire de prendre un apéro bien mérité dans ce lieu atypique à l’ambiance très bobo. Il s’agit d’une ancienne zone industrielle réaménagée dans laquelle on retrouve des boutiques de créateurs branchés, des petits bars et restaurants, et des ateliers d’artistes… un joli détour qui vaut le coup, notamment si vous appréciez le street art.

Photo de Jojo

Voilà pour aujourd’hui, point trop n’en faut, la suite dans mon prochain billet (et ce, même si je sais à quel point il vous sera difficile de l’attendre).

 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Visit Us On Facebook