Andyyyyyyy

andy wharrol

Et c’est un grand OUI que je dis à l’expo Wharhol Underground actuellement au Centre Pompidou à Metz!

J’ai vu cette expo deux fois. Je ne sais pas vous, mais moi j’apprécie de voir la même expo plusieurs fois… c’est un peu comme écouter un nouvel album : la première fois que je pénètre dans un musée, je m’acclimate aux lieux et à l’ambiance véhiculée… je découvre tout, il y a une part de suspens. Alors qu’à partir de la deuxième visite je vais être plus attentive aux détails, car je connais déjà le rythme (merci de ne faire aucune remarque sur le fait que je pourrais avoir le cerveau lent!).

Ma première visite de cette exposition c’était au mois d’août pendant la canicule (mais si, souvenez-vous de cette période où nous vivions tous nus comme des vers… coquinous!), et ma seconde est toute récente, d’où mon envie de vous la faire partager.

Immédiatement en pénétrant dans la salle j’ai su que je l’apprécierai, car son univers m’a instantanément happé. Bienvenus dans la mythique Silver Factory!

Et si j’ai aimé, c’est pour différentes raisons.

La première, c’est pour la diversité des thèmes abordés qui retracent les différentes périodes artistiques d’Andy Warhol : ses œuvres sérigraphiques, ses photographies, ses films, mais aussi sa période en tant que producteur du groupe Velvet Underground.

Une de ses œuvres m’a particulièrement déroutée, celle de la représentation de la chaise électrique. On pénètre dans une petite alcôve et là on se retrouve face à cette photographie d’une chaise électrique. Cette même photographie est représentée plusieurs fois sur 2 pans de mur, la seule différence entre ces œuvres ce sont les couleurs utilisées, toutes pop et flashy… des couleurs gaies, pleines de vie… cruel contraste. Le résultat est extrêmement provocateur et dérangeant.

citation 31

J’ai aussi apprécié le fait de pouvoir découvrir l’ambiance crue qui pouvait régner dans la Factory, sans fard ni paillette, et cela sans avoir à y pénétrer moi même! (A coup sûr on devait en ressortir différent) (à plusieurs niveaux) (god!!). Et pour cette immersion dans l’univers warholien, la mise en scène est là. Les murs recouverts d’alu confèrent à l’espace une atmosphère sombre et froide qui aiguise notre curiosité. Je me suis même sentie un peu mal à l’aise face à tout ce voyeurisme…

citation1

Enfin j’ai aimé voir ces visiteurs de tous les âges s’amuser avec les silver pillows gonflés à l’hélium (hein David?!), beau clin d’œil au pape du Pop Art qui souhaitait rendre l’Art accessible à tous.

silver-pillows

citation 2

C’est pour tous ces contrastes et pour tous ces paradoxes à la fois déroutants et dérangeants que je vous invite à aller voir cette expo.

Cependant, si vous voulez vous évader dans le New York des artistes des années 60, il va falloir quand même vous dépêcher car elle se termine le 23 novembre!

Et si vous l’avez vu, je suis curieuse de connaitre votre ressenti…

Le Centre Pompidou, c’est ici :

 

4 Comments
  • lolo
    octobre 14, 2015

    🙂 🙂 🙂
    je te reconnais bien là !!!
    merciiii, je n’avais même pas saisi l’info; grâce à toi je sais où aller l’un de ces prochains week-ends! …avant le 23/11 😉

    • Anna
      octobre 15, 2015

      Ho ouiiii tu vas aimer, je le sais 😉

  • Chouchou
    octobre 14, 2015

    Tu m’accompagne pour déjeuner dans un de tes bons coins avant que je visite l’exposition? Un samedi de novembre avant le 23 :-s j’avais oublié cette expo.

    • Anna
      octobre 15, 2015

      Ho oui Chouchou!! Oui oui oui!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Visit Us On Facebook