Under the Water au Centre Pompidou

Pompidou

On reste sur le thème « Art Moderne » qu’Amy a lancé vendredi, et je vous amène au Centre Pompidou à Metz. Dans le cadre de l’exposition Sublime, les tremblements du monde, l’artiste japonais Tadashi Kawamata s’est fait une petite place. Et quand je dis « petite », croyez moi, c’est une belle antiphrase!

Si toute l’exposition vaut très largement le coup d’être vue, laissez-moi plus particulièrement vous parler de l’œuvre Under the water qui m’a littéralement fascinée.

C’est bien simple, en pénétrant dans le musée, nous nous retrouvons face à ça :

VAGUE 2

Une vague en bois à la hauteur vertigineuse semble vouloir nous engloutir.

VAGUE

Face à cette œuvre aux dimensions monumentales (elle fait une dizaine de mètres) (j’ai laissé les petits messieurs-dames à côté pour que vous puissiez les utiliser comme échelle, manquerait plus que vous imaginiez que je mens), on est tout d’abord séduit par son élégante courbure, mais aussitôt refroidi par sa lourde structure qu’elle doit à l’utilisation de différentes planches de bois pour sa réalisation.  A la fois gracieuse et violente, destructrice. C’est ce paradoxe qui m’a immédiatement fascinée.

Comme souvent, pour bien comprendre l’œuvre il faut commencer par découvrir son artiste.

Ici, il s’agit de Tadashi Kawamata, d’origine japonaise, il était à Paris ce 11 mars 2011 lorsqu’un séisme d’une magnitude de 9,0 survient au large des côtes nord-est de l’île de Honshū. C’est de ce tremblement de terre que résulte essentiellement le tsunami qui a suivi. Les images de ce cataclysme, nous les avons vues, difficiles à rendre réelles derrière notre écran de télé.

Face à cette œuvre, on peut commencer à mesurer l’ampleur et la force de cette catastrophe naturelle.

La suite de la visite se fait au niveau 2, l’entièreté de la Galerie étant réservée à la 2ème œuvre de Tadashi Kawamata.

Cette fois-ci, la vague n’est pas face à nous prête à nous engloutir, nous sommes sous cette marée déferlante.

VUE GENERALE

Fixés au plafond dans un mouvement de vague qui donne une réelle sensation de mouvement à l’œuvre, on retrouve planches de bois, morceaux de chaises, de fenêtres, de portes, de tiroirs, et autres débris loin d’être insignifiants. Cette galerie ainsi laissée complètement vide au sol parait immense; chacune des extrémités ouverte sur le vide.

débris

DEBRIS 3

DEBRIS 2

Difficile de rester dessous et de ne pas être saisi par une prise de conscience.

Le but de l’artiste était ici de rendre hommage aux 20 000 personnes disparues dans cette catastrophe.

EXPLICATIONS

Je vous l’avais déjà confessé, quand l’Art arrive à susciter des émotions, quelles qu’elles soient, j’aime. Ici j’ai adoré.

Ces installations de Tadashi Kawamata « Under the Water » resteront visibles jusqu’au 15 août 2016 (en plus comme il fait moche à Metz, vous ne pourrez pas me sortir l’excuse du « je profite du soleil »).

 

 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Visit Us On Facebook