Nouvelle expo au FRAC Lorraine « Zones Sensibles », suivez-moi!

20160807_181410

Envie de vous évader devant une expo? J’en ai une très belle à vous conseiller. Pour cela, on retourne au FRAC Lorraine!

Après l’expo sur l’artiste Nil Yalter dont je vous avais parlé ici, le FRAC nous invite à nous interroger sur une nouvelle thématique « Zones Sensibles, La carte fait-elle le monde? ». Un bien vaste sujet à notre époque du tout numérique, traitée de façon passionnante et touchante par les artistes représentés.

Avez-vous remarqué comment chaque pays se positionne systématiquement au centre de la mappemonde? (si vous ne me croyez pas, allez jeter un œil sur la mappemonde vue par les Australiens!). Aviez-vous noté cette habitude que nous avons encore à très nettement indiquer les frontières entre chaque pays?

A travers cette expo, ce sont différents artistes qui vont nous donner leur vision de leur monde à travers leur façon de représenter leur mappemonde.

Et moi dans tout ça je me retrouve face à un dilemme sans nom : celui de vous en montrer assez pour vous motiver à pousser les portes de cette superbe bâtisse qu’est le FRAC (un des plus anciens édifices de la ville de Metz) (cours d’histoire gratos), et celui de ne pas trop vous en dévoiler afin de préserver l’effet de surprise qui accompagne la découverte des œuvres…

Du coup je vous propose une mise en bouche, en vous dévoilant mon ressenti sur quelques-unes des œuvres exposées.

Kirsten Pieroth

20160807_181010

20160807_181020

Et je commence avec l’artiste allemande Kirsten Pieroth, qui choisit de découper chaque pays et de tous les aligner par ordre alphabétique (bon comme elle est allemande, elle commence par l’Égypte ne soyez pas surpris).

On se retrouve alors face à ces 2 grands tableaux, avec tous ces pays alignés, qui nous renvoient une représentation d’un monde complètement déstructuré.

On peut alors plus aisément comparer leurs formats (car l’échelle est respectée), et, cela nous permet de constater une nouvelle fois, que taille et puissance ne sont pas 2 notions étroitement liées…

L’artiste a cependant omis un pays, saurez-vous le retrouver? (sur ma mini photo je vous accorde que ce n’est pas évident) (quoi que…)

Julien Discrit

20160807_181206

Dans un registre tout autre, l’artiste Julien Discrit nous invite à découvrir sa carte mémoire, une carte mentale, à la représentation abstraite, que seuls les initiés peuvent décrypter. Il s’agit ici de la carte de Paris (faites pas les malins, surtout si vous n’avez pas trouvé le pays manquant ci-dessus).

Chaque personne se créé la carte mentale de sa ville (la mienne est jonchée de grandes enseignes par exemple), chacun voit sa ville à travers ses yeux et l’intérêt qu’il portera plus volontiers aux choses.

David Renaud

20160807_181117

Cartographie et topographie sont au centre des préoccupations artistiques de David Renaud. Parmi ses œuvres, celles actuellement exposées au FRAC, sont des cartes que nous aurions envie de qualifier d’inutiles, car tous les espaces représentés sont inhabités. Affichées comme des tableaux, ces œuvres sont de véritables cartes routières pliables, au format identique à celles que nous pouvons acheter, et les légendes sur la gauche reprennent même tout ce qu’on ne retrouvera jamais sur ces espaces inhabités.

Sont notamment exposées :

  • Une carte de Deception Island, une île de l’archipel des îles Shetland du Sud, dans l’océan Austral, inhabitée depuis 1931.
  • Une autre du désert de Danakil où l’artiste a choisi de mettre en évidence le point le plus bas qui est situé à une centaine de mètres sous le niveau de la mer (en plein désert!).
  • Mais aussi une carte représentant le Glacier du Commandant Charcot ou encore une autre représentant l’embouchure de la Seine (la seule qu’il soit possible de retrouver en vente dans le commerce).

Chacune de ces cartes répond, avec une grande précision, à un questionnement précis. Et n’est-ce pas là le but de tel support?

Nipan Oranniwesna

20160807_180718

J’ai promis de ne pas trop en révéler sur cette expo, du coup je finis mon billet sur l’œuvre magistrale de Nipan Oranniwesna intitulée City of Ghost. C’est fascinant vous devez aller voir ça!

Pour la réalisation de celle-ci (qui est toujours et uniquement mise en place par l’artiste lui-même), Nipan Oranniwesna commence par évider des cartes routières de différentes villes à travers le Monde, pour n’en garder que les rues, les axes routiers et les fleuves. Ces cartes lui serviront ainsi de pochoirs qu’il placera sur une toile blanche et qu’il recouvrira de talc. L’œuvre est immense, celle-ci a été réalisée avec 24 pochoirs de 24 villes différentes. Les échelles de ne sont pas respectées et les villes sont placées indifféremment les unes à côté des autres pour former une seule et même mégalopole. C’est ainsi que Paris et Central Parc se retrouvent voisins.

On découvre un Monde sans frontière, sans mer et sans océan. L’œuvre est saisissante de beauté. Blanche, sur une toile blanche, éclairée de lumières blanches, dans une salle entièrement blanche. Une pièce éphémère qui disparaitra au premier coup de vent, une ville fantôme…

20160807_180919

 

20160807_180840

 

20160807_180642

Je n’ai mentionné ici que quelques œuvres, mais il y en a de nombreuses autres, toutes aussi fascinantes. J’ai trouvé cette expo passionnante pour toutes les interrogations qu’elle suscite.

Je ne vous ai donné là qu’un tout petit point de vue qui est le mien, mais je vous encourage vivement à vous rendre aux visites guidées gratuites organisées par le FRAC tous les samedis et dimanches à 11h et à 17h (l’expo restera visible jusqu’au 23 octobre). Je n’ai jamais  été déçue par la qualité et la précision de toutes les informations transmises, nécessaires sans aucun doute, pour pouvoir apprécier chaque œuvre à sa juste valeur.

Le FRAC de Metz c’est ici :

 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Visit Us On Facebook